Hypnose pour arrêter de fumer

L’hypnose pour arrêter de fumer

Comment arrêter de fumer avec l’hypnose

L’hypnothérapie, qu’est-ce que c’est ?

L’hypnothérapie est une méthode de psychothérapie basée sur la suggestion utilisant l’état dit “d’hypnose”, pour rendre la personne plus suggestible. Le principe est d’envoyer des messages destinés à l’inconscient de la personne qui fume, plutôt qu’à son esprit conscient, afin de l’aider à stopper sa consommation de cigarette. Son origine est très ancienne, mais son essor commence réellement vers la fin du XIXème siècle, début du XXème. L’hypnose permet d’accéder aux ressources inconscientes, de contourner les blocages et de permettre l’émergence de nouveaux comportements plus positifs pour la vie du sujet.

L’hypnose, comment ça fonctionne ?

L’hypnose est un état naturel, même s’il est parfois qualifié d’état de conscience modifié. Cette description ne donne malheureusement que peu d’indications sur l’hypnose, la conscience n’étant pas bien définie et fluctuant de manière permanente. Le niveau de conscience n’est pas le même si l’on est concentré sur une tâche, si l’on s’ennuie, si l’on est en colère ou en train de se détendre.

L’hypnose serait avant tout une disposition dans lequel l’esprit conscient, l’intellect, n’offre aucune résistance au fonctionnement automatique du cerveau. Un moment où la volonté s’efface, permettant ainsi, lorsqu’on l’utilise en thérapie, au praticien de faire les suggestions qui lui semblent nécessaires pour aider la personne à atteindre son objectif, par exemple arrêter de fumer.
Le thérapeute, va amener par diverses techniques le patient, à abaisser son niveau d’intervention consciente, ce qui peut aboutir à un “endormissement” complet ou partiel.

Comment l’hypnose peut-elle aider pour arrêter de fumer ?

Il existe de nombreuses manières d’aborder la problématique de l’arrêt du tabac, ou du cannabis, avec l’hypnose. Les différences sont grandes entre les thérapeutes et chacun peut utiliser une technique qui lui est propre, et qui peut varier en fonction des sujets.

Il existe plusieurs approches :

  • travailler sur l’aversion, induire un dégoût de la cigarette. Cette méthode était très utilisée au début du XXème siècle, mais elle a échoué à faire la preuve de son efficience à long terme; C’est pourtant ce que de nombreuses personnes espèrent lorsqu’elles viennent faire une séance d’hypnose pour arrêter de fumer : être dégouté de la cigarette ! C’est rarement le résultat obtenu.
  • travailler sur le caractère de la personne, ses faiblesses, ses traumatismes. Le but est qu’une fois ceci fait, elle trouve toute seule la force d’arrêter de fumer, c’est ce que certains appellent un travail de fond et vise à modifier le caractère de la personne afin qu’elle ait plus de ressources de manière générale;
  • travailler directement sur le changement de comportement visé, en visant un changement de la personne uniquement sur ce comportement, en l’occurrence l‘arrêt de la cigarette, ce qui peut bien entendu lui fournir des ressources supplémentaires pour sa vie de manière générale.

Vous l’avez compris en me lisant, et c’est d’ailleurs l’approche que vous trouverez dans les séances d’hypnose pour arrêter de fumer que vous trouverez sur ce site, concernant le fait d’arrêter de fumer, j’estime qu’un travail de fond est rarement nécessaire. C’est parfois le cas, lorsque la personne est vraiment faible (dépression par ex.), ou qu’elle a un rapport très particulier avec la cigarette, mais dans la plupart des cas s’adresser directement au comportement est à privilégier. Par ailleurs les personnes qui souhaitent arrêter de fumer ne souhaitent pas s’engager dans une psychothérapie longue.

La thérapie en général est personnalisée, c’est à dire qu’il n’y a pas deux séances identiques pour deux personnes différentes. C’est le cas général. Certaines problématiques cependant regroupent suffisamment de points communs chez un certain nombre de personnes pour qu’il soit possible d’en extraire un schémas général, puis une forme de thérapie qui serait applicable au plus grand nombre. La dépendance à la cigarette en fait partie, et c’est pourquoi il est possible de proposer des séances d’hypnose standardisées pour ce type de séances, comme dans la méthode Switchgood.

Attention, il ne s’agit pas de répéter en boucle des affirmations comme dans la méthode Coué, mais d’un travail qui vise à faire accepter en douceur par l’inconscient tout un ensemble de suggestions qui peuvent y rester ! Et là, chaque hypnothérapeute a sa propre stratégie.

Quelle est l’efficacité de l’hypnose pour arrêter la cigarette ?

Avant de mentionner les études qui se sont penchées sur la question, je tiens à soulever la difficulté de répondre à cette question. Si la grande majorité des hypnothérapeute peut accompagner à peu près n’importe qui à rentrer dans une hypnose propice à une action thérapeutique, toute l’efficacité du travail va reposer sur le contenu thérapeutique de la séance. De la manière dont elle est construite, dont les suggestions sont passées et accueillies par la personne à la relation entre le patient et le praticien, il y a énormément de paramètres qui peuvent influencer le résultat, certains dépendant de votre hypnothérapeute, d’autres non. Comme il n’y a pas d’approche universelle et standardisée du traitement de l’addiction à la cigarette par hypnose, il existe presque autant d’approches thérapeutiques que de praticiens, ayant certainement des points communs il est vrai.

Par ailleurs, certaines études portent sur des séances uniques, d’autres sur des séances multiples (jusqu’à huit séances étalées sur deux mois), des séances individuelles ou en groupe. C’est pour le moins hétérogène.

L’hypnose permet de mettre le sujet dans les bonnes disposition pour recevoir l’acte thérapeutique, ici psychologique.

Pour prendre une comparaison, l’hypnose est à l’hypnothérapie ce que l’anesthésie est à la chirurgie, pour rester dans le domaine de la santé. Dès lors, la question d’évaluer “l’efficacité de l’hypnose” sur telle ou telle problématique n’a pas vraiment de sens. Les résultats de n’importe quelle étude sur la question ne pouvant pas s’appliquer au thérapeute que vous allez voir (ou à l’enregistrement d’hypnose que vous allez écouter), puisqu’il différera à la fois dans sa manière de vous amener en état d’hypnose, et dans son contenu thérapeutique.

C’est une problématique récurrente de l’évaluation des pratiques thérapeutiques, pas uniquement pour l’hypnose.

Ces précautions ayant été posées, que nous disent les études sur la question ? Beaucoup d’études portent sur des nombres de participants faibles (quelques dizaines), et les résultats sont très hétérogènes. Certaines études allant jusqu’à montrer un taux d’efficacité de 90% à 3 mois !

Vous trouverez aussi de nombreux sites de thérapeutes qui vantent des résultats de plus de 90% (j’ai vu 96% d’efficacité sur un programme pour arrêter de fumer en ligne). Ces chiffres, s’ils ne sont pas sourcés et si la source n’est pas fiable sont à prendre comme des mensonges purs et simple. Il est à noter que l’hypnose n’est pas la seule pratique dans laquelle des personnes vendent du miracle.

Une manière plus sage d’aborder la question est de regarder les méta-analyses. Ce sont des études qui recensent toutes les études faites sur un sujet donné pour en faire la synthèse, et qui se veulent suffisamment rigoureuses pour exclure les études peu fiables.

Une telle étude sur l’efficacité de l’hypnose pour arrêter de fumer réalisée en 2019 par l’équipe de Joanne Barnes a fait la synthèse de 14 études différentes portant sur 1926 participants au total. Sur les 14 études, une seule fut jugée comme comportant un faible risque de contenir des biais, 10 avaient un risque élevé, et 3 un risque incertain. Cela revient à dire qu’une seule des 14 études retenues était relativement fiable. Cela montre à quel point faire une étude concluante sur la question est compliqué. Étant donné la faible qualité des études sur la question, cette méta-analyse n’a pas pu conclure en l’efficacité ou l’inefficacité de l’hypnose pour aider au sevrage tabagique.
Leur conclusion : “D’autres essais contrôlés randomisés de grande envergure et de haute qualité, ainsi que des évaluations plus complètes de la sécurité, sont nécessaires sur ce sujet.”

En d’autres mots : “On ne sait pas.”

Notre conseil, si vous souhaitez utiliser l’hypnose pour arrêter de fumer : trouvez un hypnothérapeute compétent (petit lien d’auto-promo), en vous basant sur le bouche à oreille principalement. Les commentaires sur les réseaux sociaux (facebook ou Google Maps par exemple), sont également une forme de bouche à oreille très utile.

Vous pouvez également vous lancer dans le programme en ligne que nous avons conçu qui a une approche très complète pour vous accompagner dans votre sevrage tabagique.

Quels sont les inconvénients et les risques de l’hypnothérapie ?

L’état hypnotique étant un état naturel, il ne présente pas en lui même de risque, ni psychologique, ni pour votre santé. Pour les personnes souffrant d’un trouble psychologique particulier, il est recommandé d’en avertir votre hypnothérapeute afin qu’il puisse adapter ses suggestions à votre manière de fonctionner. De manière générale, les personnes souffrant de pathologies relevant du domaine de la psychiatrie (schizophrénie, bipolarité, état borderline, …), devraient préalablement demander conseil à leur psychiatre.

Ceci, de toutes façons, ne pourra que vous permettre de profiter au mieux de votre séance et d’en améliorer l’efficacité. Il serait en effet dommage qu’une belle séance soit gâchée par votre ornithophobie (peur des volatiles), au moment où le thérapeute parle d’un oiseau. Ceci peut être évité en l’en avertissant au préalable. Si vous êtes sous traitement médical prescrits par un psychiatre, dites le à votre hypnothérapeute en lui indiquant à quelle affection ces médicaments sont destinées.

Il n’y a aucun risque de ne pas se réveiller, pour répondre à une crainte parfois exprimée. Si des personnes étaient restées coincées en état d’hypnose durant des jours contre leur volonté, nous en aurions entendu parler.

Suite à une séance d’hypnose, ou à tout travail thérapeutique de manière générale, il est possible de ressentir de la fatigue après la séance. Cela n’a rien de systématiques, mais cela peut arriver.

Quels sont les contre-indications de l’hypnothérapie ?

Il est en général déconseillées aux personnes pouvant avoir des épisodes psychotiques de consulter en hypnothérapie.

Les troubles concernés sont notamment les suivants (liste non exhaustive) :

  • Schizophrénie
  • Trouble schizoaffectif
  • Trouble délirant
  • Épisode psychotique bref
  • Trouble psychotique secondaire à la consommation d’une substance

Quel type de fumeur devrait utiliser l’hypnose ?

Sans risque, l’hypnose peut convenir à tous les types de fumeurs, quelle que soit leur dépendance au tabac.
Une approche préalable permettant de se familiariser avec l’hypnose, peut améliorer la qualité des séances. Vous pouvez trouver un programme d’initiation à l’hypnose ici.

Comment arrêter la cigarette avec l’hypnose ?

Pour arrêter la cigarette avec l’hypnose, vous pouvez utiliser la méthode Switchgood si vous êtes tenté·e à l’idée de faire cela à votre rythme en toute liberté.

Si vous préférez une consultation en présence voici plusieurs moyens pour trouver un bon hypnothérapeute :

  • le bouche à oreille : ce moyen est à privilégier, si dans votre entourage proche personne ne connaît d’hypnothérapeute, il existe de nombreux groupes locaux d’entraide sur es réseaux sociaux qui peuvent vous permettre de demander des recommandations.
  • les annuaires non commerciaux de qualité : comme celui du Syndicat National des Hypnothérapeutes
  • pensez à regarder les avis, notamment sur Google Maps

Retrouvez d’autres méthodes pour arrêter de fumer dans cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.