Vous ne devez pas arrêter de fumer

Transformez votre état d’esprit pour arrêter de fumer facilement (Épisode 3)

​Arrêter de fumer : Le piège de l’obligation

Cet article est la suite de l’épisode 2 : ​Désactiver le Virus du tabagisme – Accepter la réalité

Dans mes consultations, j’ai beaucoup entendu les phrases suivantes :

« Il faut que j’arrête de fumer. »

« De toute façon, je n’ai pas le choix. »

« Je dois le faire. »

Attention, les mots ont une importance sur la manière dont notre cerveau y réagit.

Comment réagiriez-vous si je vous disais : « Il faut que tu arrêtes de fumer ! »

Peut-être qu’une part de vous se dirait que j’ai raison. Il s’agirait sans doute de votre part intellectuelle.

Mais il y aurait aussi une autre voix qui dirait : « De quoi il se mêle, lui ! J’ai déjà suffisamment d’obligations dans la vie pour qu’il m’en impose une autre ! »

Cette autre partie de vous se rebellerait contre un ordre, ce qui est une réaction naturelle et automatique. Cela s’appelle même le biais de réactance.

Le problème, c’est que votre cerveau réagit de façon identique lors de vos dialogues internes.

On traîne toujours les pieds pour faire quelque chose que l’on « doit » faire. On remet souvent à demain des obligations comme s’occuper de ses impôts.

En revanche, pour quelque chose dont on « a envie », ce n’est pas pareil !

De toute façon, soyez honnête, vous n’avez pas envie d’arrêter de fumer.

Cette affirmation peut vous choquer alors que vous êtes précisément en train de lire un article sur le sujet. Cela prouve bien que vous souhaitez arrêter de fumer, non ?

Et bien non, ce n’est pas de cela dont vous avez envie, mais d’autre chose.

Si la cigarette était gratuite et sans effet sur la santé, souhaiteriez-vous toujours arrêter de fumer ?

Certainement que non. En fait, arrêter de fumer est un moyen d’obtenir autre chose.

En l’occurrence, une vie plus longue et plus agréable (pour résumer).

Et il ne vous viendrait pas à l’idée de dire :

« Je dois avoir une vie agréable. » ou « Il faut que je vive longtemps. »

Ce ne sont pas des obligations, c’est une envie que vous avez.

« J’ai envie de vivre ! », n’est-ce pas une pensée plus positive que : « Il faut que j’arrête de fumer. » ?

Sentez-vous libre par rapport à la cigarette. Rien ne vous oblige aujourd’hui à arrêter. Si vous pensez cela c’est que vous n’êtes pas encore dans le bon état d’esprit.

Même si vous êtes déjà malade à cause de la cigarette, ce n’est pas une obligation d’être en bonne santé.

Mais si vous avez envie d’améliorer votre vie, arrêter de fumer est un bon moyen pour y arriver.

Lorsque quelqu’un achète un logement, il ne se dit pas : « Il faut que je dépense une somme énorme ! » Non, il se dit qu’il a envie de changer d’environnement, que cela soit plus grand ou plus proche des gens qu’il aime.

Mettez votre attention sur l’enjeu, ce que cela va vraiment vous apporter, et ne pensez plus au prix à payer. Intégrez-le et portez vos pensées vers l’avenir.

Vous n’avez pas envie de décocher une flèche avec un arc qui vous fait mal aux doigts, vous avez envie d’atteindre votre cible !

La flèche ou l’arc ne sont pas l’objectif, ce sont des moyens de l’atteindre.

On pense souvent à ce que l’on souhaiterait obtenir, mais on ne se demande que rarement la souffrance que l’on est prêt à endurer afin de l’obtenir, les efforts que l’on est prêt à faire.

Si l’on n’est pas disposé à fournir l’effort, un objectif n’en est pas un, c’est juste une pensée agréable qu’il est préférable d’abandonner, car on n’y arrivera pas.

Mark Manson, auteur de « l’art subtil de s’en foutre », nous explique que la seule solution pour arriver à destination est de consentir à l’expérience négative et de s’y engager à fond.

En d’autres mots, on ne choisit pas un objectif, mais on choisit son défi, ou son combat.

N’est-ce pas en choisissant nos souffrances et les efforts que nous allons fournir, plutôt que de les subir, que nous pouvons le mieux accéder au bonheur.

Les inconvénients liés à votre consommation actuelle, qui vont aller en s’accroissant, ne sont-ils pas des efforts et de la souffrance subie ?

Ne pensez plus que vous « devez » arrêter de fumer car ce n’est pas le cas. Vous êtes libre de continuer, à condition d’en accepter les conséquences.

Mais, si vous avez vraiment envie d’une vie plus agréable ce qui suit vous aidera.

Finalement, arrêter de fumer facilement est une question d’état d’esprit.

Une part de vous cherche à économiser son énergie psychique. La manière la plus simple de le faire à un instant donné est de suivre vos habitudes.

Des mécanismes mentaux naturels tendent donc à vous maintenir dans votre mode de fonctionnement actuel, tout en rendant l’idée de changement désagréable.

Pour changer d’état d’esprit facilement, il faut se permettre de faire une sorte de remise à zéro en regardant de nouvelles croyances et de nouveaux modes de fonctionnement avec détente et relaxation, sans sursaut d’énergie inutile.

Ainsi, dans cet état de calme, le changement paraît immédiatement beaucoup plus appréciable et facile.


Cet article est un extrait du livre : Arrêter de fumer n’a jamais été aussi facile !

➜ Continuez votre lecture :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.