Tout savoir sur le Zyban pour arrêter la cigarette

Arrêter de fumer la cigarette avec le Zyban® (Bupropion)

Tout savoir sur le Zyban®

Vous voulez arrêter de fumer et vous vous posez des questions sur le Zyban dont on vous a parlé. Y-a-t-il des risques, est-ce vraiment efficace pour arrêter de fumer ? Des contre-indications existent-elles ? Je vous répond dans cet article.

Le Zyban®, qu’est-ce que c’est ?

Zyban® est le nom de la marque des laboratoires GlaxoSmithKline pour un médicament dont le principe actif est le chlorhydrate de bupropion. Ce médicament est également disponible en générique. Cette molécule a tout d’abord été utilisée pour traiter la dépression, donc comme anti-dépresseur, avec des résultats plutôt mitigés. En 1992, on s’aperçoit que des patients traités pour dépression avec ce médicament n’ont plus envie de fumer. Des études sont alors menées pour étudier cet effet

Le Zyban®, comment ça fonctionne ?

Le Zyban s’administre par l’ingestion de comprimés dont la dose est fixée par votre médecin. Le Zyban interagit avec deux produits chimiques dans le cerveau, la norépinéphrine et la dopamine, qui sont liés à la dépendance à la nicotine et à l’abstinence. En empêchant la capture de ces récepteurs, l’objectif est de diminuer le plaisir ressenti lorsque la personne fume, et également de diminuer les symptômes liés au manque de nicotine.
Le Zyban peut être pris tout en continuant à fumer, et commence à faire pleinement son effet au bout d’environ une semaine.
Il n’est pas utile d’arrêter de fumer pour commencer le traitement. L’arrêt du tabac est même préconisé environ deux semaines après le début du traitement à une date fixée avec le médecin. 

Quelle est l’efficacité du Zyban® ?

Une étude publiée le 18 septembre 2001 dans Annals of Internal Medicine, conduite à la Mayo Clinic de Rochester par Shelly Plutowski, a étudié pour la première fois sur le long terme l’efficacité du Zyban sur la non rechute des fumeurs. L’étude comportant 784 patients qui ont pris du Zyban dans le but de les aider à arrêter le tabac. Après sept semaines de traitement, 461 d’entre eux avaient cessé de fumer. La moitié de ceux-ci ont continué à prendre le Zyban pendant une année et l’autre moitié a pris un placebo.

Après une année, 55% du groupe prenant du bupropion n’avaient toujours pas repris le tabac contre 42% parmi le groupe ‘placebo’. Le bénéfice du Zyban à long terme semble donc assez limité, même s’il apparaît dans ces chiffres. C’est à mettre en regard avec les risques encourus qui sont décrits plus bas dans cet article.

Même si ces résultats représentent « une différence significative et encourageante », selon le docteur J. Taylor Hays, l’auteur de l’étude, la part de personnes restant non fumeurs au bout de deux ans tombe à 40% dans les deux groupes. Au bout de deux ans, il n’y a donc pas de différence en terme d’efficacité entre un placebo et le Zyban.

L’autre bénéfice à mettre au crédit du Zyban selon les auteurs de l’étude, une prise de poids moindre. Les participants de l’étude ayant pris du Zyban ont gagné, après une année de traitement, une moyenne de poids inférieure de 3,5 Kg par rapport au groupe placebo. Rappelons que d’autres études montrent que la prise de poids est loin d’être la norme en cas d’arrêt du tabac.

Quels sont les inconvénients et les risques du Zyban® ?

Le bupropion peut être responsable de nombreux effets secondaires : vertiges, nausées, tachycardie, cauchemars et insomnies, risque de convulsions, augmentation de la pression artérielle. Toute prise de Zyban doit donc se faire en sur conseil de son médecin.

Quels sont les inconvénients du Zyban® ?

Il est possible durant la prise de souffrir de cauchemars et d’insomnies, mais également d’hallucinations ou de délires (voyant, entendant ou croyant des choses qui n’existaient pas), de troubles de la pensée ou de variations d’humeur extrêmes. Ces effets risquent plus de survenir chez des personnes ayant eu auparavant des problèmes de santé mentale. Avertissez immédiatement votre médecin si vous constatez des changements dans votre équilibre psychique.

Quels sont les contre-indications du Zyban® ?

Sa prise est également totalement contre-indiquée en association avec de nombreux médicaments et lorsque les personnes souffrent de certaines affections parmi lesquelles des antécédents de troubles graves du comportement alimentaire, l’épilepsie, le trouble bipolaire, l’insuffisance hépatique grave, la tumeur du cerveau ou de la moelle épinière, des antécédent de convulsions, personne en cours de sevrage d’alcool ou de tranquillisant, etc.
Si vous prenez d’autres médicaments contenant du bupropion, utilisés dans certains traitements de la dépression, c’est également déconseillé. Avertissez votre médecins de tous les médicaments que vous prenez avant de lui demander de vous prescrire du Zyban.

Il est également déconseillé de prendre du Zyban si vous êtes enceinte ou en cours d’allaitement.

Quel type de fumeur devrait utiliser le Zyban® pour arrêter de fumer ?

Ce médicament est destiné aux fumeurs qui ont pris la décision d’arrêter de fumer et qui ont une dépendance au tabac importante. Ce traitement serait plus indiqué indiqué chez des personnes qui souhaitent absolument une aide médicamenteuse pour arrêter de fumer et qui présentent des contre-indications aux substituts nicotiniques, ou qui ont vécu plusieurs échecs avec ces derniers. Les personnes ayant des antécédents de dépression, pourraient bénéficier tout particulièrement du Zyban, celui-ci étant à la base un anti-dépresseur.

Rappelons que le manque physique est en général plutôt faible en intensité, et que ce type d’aide ne devrait être proposé qu’aux personnes les moins motivées et qui se sentent les plus fragiles. Pour les autres, des méthodes basées sur la psychologie comme la méthode Switchgood pour arrêter de fumer proposée par David Buffault sur ce site sont plus indiquées.

Comment arrêter la cigarette avec le Zyban® ?

Le Zyban® étant un médicament, il faut prendre rendez-vous avec votre médecin, ou avec un tabacologue qui va étudier avec vous le meilleur moyen de vous accompagner dans votre arrêt du tabac. Il vous aidera notamment à évaluer votre niveau de dépendance à la cigarette.
Le cas échéant, ce médecin pourra vous prescrire un traitement à base de chlorhydrate de bupropion (Zyban® ou générique) pour vous accompagner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.