Fumer est pire que la pollution

On met toutes les maladies sur le dos de la cigarette alors que la pollution est principalement responsable

➜ Cet article “On met toutes les maladies sur le dos de la cigarette alors que la pollution est principalement responsable ” est la suite de On peut vivre vieux tout en fumant (d’ailleurs mon grand-père…).


Fumer ne cause pas vraiment le cancer, c’est la pollution

Il est vrai que la pollution a un effet nocif indéniable sur la santé auquel il est difficile d’échapper, sauf à déménager au milieu de nulle part.

Certains cancers soient effectivement liés à la pollution. On parle d’ailleurs de près de 100 000 décès liés à la pollution atmosphérique en France, selon une étude de l’université de Harvard parue le 9 février 2021 dans la revue environmental Research. Ce chiffre est du même ordre de grandeur que celui des morts dus à la cigarette.

Mais ceci importe peu, puisque les études épidémiologiques sont bien évidemment conçues pour comparer des groupes qui vivent dans les mêmes conditions.

Par exemple, on ne compare pas un groupe de non-fumeurs qui vit à la campagne et un groupe de fumeurs qui vit en ville, mais bien des groupes suffisamment nombreux qui vivent dans des environnements similaires.

Augmenter la taille des groupes permet aux scientifiques de faire en sorte que le seul critère de distinction soit « fumeur ou non ».

Toutes ces études démontrent qu’un fumeur meurt en moyenne quinze ans avant un non-fumeur si les deux vivent dans le même environnement.

Ainsi, les fumeurs sont bien évidemment soumis à la pollution qu’ils génèrent eux-mêmes AINSI qu’à la pollution atmosphérique à laquelle ils ne peuvent pas grand chose. La pollution liée à la cigarette (au delà du fait qu’elle participe à la pollution atmosphérique d’une manière non négligeable) est extrêmement concentrée autours du fumeur, et cette source de pollution ne dépend que du fumeur. Il a la main complètement dessus.

La différence avec la pollution atmosphérique, c’est que l’on peut difficilement s’y soustraire (même si chacun peut et doit faire sa part pour la diminuer) alors que la consommation de cigarettes ne dépend que de vous.

Ajoutant à cela qu’en moyenne un fumeur qui vit à la campagne vit moins longtemps qu’un non-fumeur vivant dans une grande métropole.

En résumé, un fumeur est soumis aux deux pollutions (cigarette + atmosphère) et ka pollution liée à la cigarette semble bien plus nocive que celle atmosphérique, car elle est plus concentrée.

Cet argument “On met toutes les maladies sur le dos de la cigarette alors que la pollution est principalement responsable”, est donc encore un parfait exemple de mauvaise foi, auquel ceux qui le prononcent ne croient bien souvent même pas vraiment.


Cet article est un extrait du livre : Arrêter de fumer n’a jamais été aussi facile !

➜ Pour lire la suite :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.