Maxime, 37 ans, 5-6 cigarettes par jour depuis 7 ans a arrêté de fumer avec la méthode Switchgood

“Ce qui me semble intéressant avec la méthode Switchgood, c’est avant tout d’avoir un accompagnement, c’est de se sentir, de ne pas se sentir seul, finalement, dans cet arrêt qui est quand même difficile. […] Et c’est vrai que la méthode Switchgood, on a l’impression qu’on nous parle. C’est vrai en tout cas, Switchgood ça m’a parlé pour le coup. Aujourd’hui, j’ai arrêté de fumer ces cinq-six cigarettes par jour. […] Moi pour le coup, la méthode Switchgood été très efficace dès le début. […] Lorsqu’on regarde les vidéos de David Buffault, ce qui est intéressant, c’est vraiment d’avoir quelqu’un qui vous dit vos vérités, qui arrive à vous faire comprendre la bêtise de fumer, […] il y a eu comme un déclic.”

Maxime

Bonjour,

alors avant la méthode de Switchgood, j’étais un petit fumeur, je dirais. En tout cas, je me considérais comme étant petit fumeur. Je fumais cinq cigarettes par jour. Donc j’avais l’impression d’être indépendant. En tout cas, pas trop intoxiqué. Donc ça me rassurait. Voilà un peu l’état dans lequel j’étais avant.

Malgré le peu d’inquiétude que j’avais, il me semblait quand même nécessaire d’arrêter de fumer. Pour moi, pour ma part, ma santé personnelle, mais aussi parce que j’ai des enfants et une femme qui ne fume pas. Et donc, même si je ne fume pas à la maison, il semblait nécessaire d’arrêter de fumer et de pouvoir profiter quand même plus de temps avec mes proches.

Par le passé, avant la méthode Switchgood du coup, j’ai essayé d’arrêter de fumer définitivement avec les cigarettes électroniques comme pas mal de monde, je pense, mais ça n’a pas fonctionné. Je n’étais pas assez assidu. Et puis le fait de garder ce geste de fumer, j’avais vraiment l’impression de remplacer une drogue par une autre. Donc, ça n’a pas fonctionné du tout. Ça ne m’a même pas même pas permis de réduire finalement le tabac. Ça, c’est juste à additionné presque à la cigarette.

Ce qui me semble intéressant avec la méthode Switchgood, c’est avant tout d’avoir un accompagnement, c’est de se sentir, de ne pas se sentir seul, finalement, dans cet arrêt qui est quand même difficile. Et c’est vrai qu’à voir ces vidéos et ces textes, d’avoir quelqu’un qui donne l’impression de lire un peu dans votre mémoire ou d’arriver à vous faire sortir les choses et à vous faire dire les choses, dont on est convaincu, mais qu’on a des difficultés, finalement, à se dire, on se ment un peu à soi même. Et c’est vrai que la méthode Switchgood, on a l’impression qu’on nous parle. C’est vrai en tout cas, Switchgood ça m’a parlé pour le coup. Aujourd’hui, j’ai arrêté de fumer ces cinq-six cigarettes par jour. Je ne veux pas dire que c’est facile tous les jours, parce que j’ai pas mal de gens autour de moi qui fument encore, mais qui me soutiennent. Néanmoins, ça reste quand même difficile, mais c’est vrai que j’ai un doute ou encore une envie, parce que je sais que c’est difficile de se libérer définitivement, je pense à ma famille, je pense à mes enfants et je me dis qu’une cigarette, finalement de moins à fumer, me permettra de vivre plus longtemps avec ma famille. En tout cas, d’être en meilleure santé le plus longtemps possible. Et je suis focus là dessus et c’est ce qui me permet de tenir le coup dans cette période. Moi pour le coup, la méthode Switchgood été très efficace dès le début, comme je l’ai dit, je fumais peu de cigarette, enfin à mon goût en tout cas, cinq, six cigarettes, et c’est vrai que je savais que c’était mauvais pour la santé. J’avais presque tous les éléments, mais en fait, il me manquait en fait certains éléments, et puis de voir la vérité en face et surtout arrêter de se mentir à soi même. Et c’est vrai que lorsqu’on regarde les vidéos de David Buffault, ce qui est intéressant, c’est vraiment d’avoir quelqu’un qui vous dit vos vérités, qui arrive à vous faire comprendre la bêtise de fumer. En fait, tout simplement, c’était juste que c’est quelque chose de bête et qui nuit à votre à votre santé. Et puis, le déclic, c’est surtout de penser penser à mes enfants, à ma famille et au futur. Donc, c’est vraiment dès qu’on s’en rend compte, grâce aux vidéos, il y a eu comme un déclic à ce moment là. En fait, c’est surtout la famille, les proches, et puis, vivre le plus longtemps possible, en bonne santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *