Fumer est le plus grand des plaisirs

Fumer est un plaisir, j’aime ça !

➜ Cet article “Fumer est un plaisir…” est la suite de Fumer détend ! … enfin… je crois que ça me relaxe !


J’aime fumer

Combien de fois n’ai-je pas entendu en consultation : “David, j’aime vraiment fumer. Fumer est un plaisir ! La première cigarette du matin avec mon café, c’est mon moment à moi, j’adore !”
Mais quel plaisir ressentez-vous vraiment lorsque vous fumez une cigarette ? Y a-t-il vraiment autre chose que le soulagement du corps lié au manque ?

Est-ce le plaisir que vous procure l’odeur ? Celle qui reste ensuite sur vos vêtements, votre peau et vos cheveux et que vous traînez avec vous toute la journée ? Le goût ? Celui qui vous procure mauvaise haleine ? Ou juste la satisfaction de se réfugier dans un comportement dont vous avez l’habitude et qui vous sécurise ?
Peut-être tout ça en même temps…

Avez-vous réellement ressenti du plaisir la première fois que vous avez fumé une cigarette et senti cette fumée rentrer dans vos poumons ?

Tout drogué qui s’adonne à son addiction ressent du plaisir. Sur le moment en tout cas. Le prix à payer ensuite est parfois de la culpabilité, de la honte, une mauvaise image de soi et bien entendu toutes les conséquences directes ou indirectes de son addiction sur sa santé, son entourage, son portefeuille…

Pourtant parfois on se dit : “Qu’elle est bonne cette clope du matin!”, “Qu’elle est agréable cette cigarette avec mon café”, “Qu’est ce que j’apprécie de fumer après cette interminable réunion !”, “Après le repas, rien ne vaut une bonne cigarette !”

Bref fumer est perçu un plaisir pour beaucoup de gens.

Et puis entre les « meilleures » cigarettes, il y a toutes celles qu’on fume sans vraiment y penser, par habitude, ou sans trop savoir pour quelle raison.

Elles sont les plus nombreuses. D’ailleurs à la fin d’une journée, y a-t-il tant de fois ou fumer est un plaisir, vraiment ?

Finalement ce plaisir, n’est-il pas tout simplement celui de l’addiction. Celui de faire quelque chose qui ne nous demande aucun effort, car l’habitude est tellement ancrée. Parce que le réflexe de prendre une cigarette est automatique et qu’il est si simple de le suivre.

Le soulagement n’est pas le plaisir

Il est très difficile de décrire ce qui précisément nous fait plaisir dans telle ou telle chose ou comportement. Qu’est-ce qui fait qu’on aime tel aliment ? La réponse qui nous viendrait spontanément est juste : “parce que c’est bon !”
Mais tout le monde est d’accord pour dire que la recherche du plaisir ne doit pas se faire au détriment du bonheur. Et la recherche du plaisir, lorsqu’elle ne connaît pas de limite, mène toujours au malheur.

Et si ce plaisir n’était en réalité que du soulagement. Le soulagement du manque induit par la consommation régulière de cigarettes.

Et le soulagement, tout comme le plaisir, procure du bien-être. C’est pour cela qu’on peut les confondre. Et avouons-le aussi, il est plus rassurant d’expliquer cela comme la recherche d’un plaisir que comme une addiction qui nous procure un mal-être lorsqu’on n’a pas sa dose…

En recherchant ce « plaisir » instantané, à ne pas confondre avec un besoin, le fumeur obtient ce dont il a envie sur le moment au détriment de ce qui est important pour lui.

Pourtant, soyez-en sûr·e, une vie libre de la cigarette apporte bien plus de plaisir et de bien-être.
Alors peut-être que vous allez effectivement vous priver d’un plaisir (tout relatif admettez-le) en arrêtant de fumer, mais la nouvelle vie qui s’ouvrira à vous sera bien plus agréable… en permanence !
Vous pourrez alors continuer à profiter de tous les autres plaisirs de la vie, beaucoup plus longtemps et d’une manière bien plus intense !


➜ Pour lire la suite : Comment faire sans la pause clope !

Cet article est un extrait du livre : Arrêter de fumer n’a jamais été aussi facile !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.